Ville de NyonNyon Région Tourisme

Offres aux habitantsPlus d'infos

Voyagez à prix réduit avec la carte journalière de transport

Plus d'infoPlus d'infos

Achetez un vélo ou un scooter électrique et recevez jusqu'à 500.-

Plus d'infosPlus d'infos

Énergie renouvelable: soutien aux initiatives privées

Plus d'infosPlus d'infos

La chauve-souris, un bon indicateur de l’état de la biodiversité

Travaux et environnement - 24 août 2012
L’année 2012 a été déclarée Année Internationale des Chauves-souris par le Programme des Nations Unies pour l’Environnement (PNUE). L’occasion de rappeler les nombreux services rendus par les chauves-souris et de tordre le cou à certains préjugés qui persistent concernant ces noctambules inoffensives pour l’homme.

Les chauves-souris, se trouvant en bout de chaîne alimentaire, sont d’excellents indicateurs de l’état de santé du milieu dans lequel elles évoluent. Tout comme les oiseaux, ces mammifères volants sont directement affectés par des modifications de l’écosystème dans lequel ils évoluent. Là où une population de chauves-souris disparaît, c’est généralement le signe que son habitat ou sa source de nourriture a été perturbé. Cette perte signifie que d’autres espèces, dont dépendent les chauves-souris, ont également disparu et que le milieu s’est appauvri en termes de diversité biologique.

D’autres services rendus par les chauves-souris incluent la pollinisation, la dissémination de graines par l’intermédiaire de leurs déjections (pour les espèces tropicales), et la régulation des populations d’insectes pour les espèces de milieux tempérés. Elles contribuent ainsi au bon fonctionnement de nombreux écosystèmes. Leurs déjections sont par ailleurs un excellent engrais.

Le seul mammifère volant

Les chauves-souris ont la particularité d’être les seuls mammifères capables de voler. Elles appartiennent à l’ordre des chiroptères, ce qui signifie « mains ailées ». Leurs ailes sont formées des os allongés de leurs avant-bras et des phalanges de leurs mains. Une fine couche de peau s’étire entre ces os, formant une «main palmée»,  reliée par la peau aux membres inférieurs et à la queue. Deux sous-ordres existent parmi les chiroptères : les mégachiroptères (de plus grande taille et généralement frugivores) et les microchiroptères (de petite taille et essentiellement insectivores).

En Europe, les chauves-souris sont uniquement représentées par les microchiroptères, qui se  nourrissent d’insectes une fois la nuit tombée, prenant ainsi le relais des oiseaux qui eux chassent les insectes pendant la journée. Une chauve-souris peut manger jusqu’à un tiers de son poids en insectes chaque nuit ! De ce fait, les chauves-souris sont très utiles à l’homme aussi, puisqu’elles contribuent à limiter les populations d’insectes qui s’attaquent aux cultures et aux hommes.

Le cycle de vie des chauves-souris en Europe est basé sur les saisons. En hiver, elles hibernent dans des gîtes d’hiver (souvent sous terre). Au printemps, c’est la période de gestation et le transit vers les gîtes d’été où elles se regroupent en colonies et mettent bas pendant la saison chaude. En automne, c’est la période d’accouplement et de transit vers le gîte d’hiver. Les chauves-souris ont généralement un petit par année, certaines espèces indigènes ayant occasionnellement des jumeaux. Elles peuvent vivre jusqu’à une trentaine d’années.

Les chauves-souris à Nyon

Pas moins de 12 espèces de chauves-souris ont été recensées à Nyon (Ecoffey 2010). Une colonie de sérotines (Eptesicus serotinus) a notamment été signalée dans un bâtiment de la rue de l’Etraz. Les autres espèces présentes sur le territoire trouvent leur gîte dans les cavités des grands arbres le long des cours d’eau et les anfractuosités des bâtiments (Delarze 2011). Les bâtiments à plusieurs étages présentent de très bons gîtes.

Une des espèces les plus communes dans notre région est la pipistrelle pygmée. Elle a été identifiée en Suisse depuis moins de 10 ans, et était confondue avec la pipistrelle commune auparavant. Cette chauve-souris ne pèse pas plus de 5 g et mesure environ 5 cm. Elle est capable de se faufiler dans de petits interstices entre les murs et les toits des immeubles où elle trouve un abri pour mettre bas et élever ses petits en été. En hiver, elle trouvera des fissures dans des rochers ou dans des murs, ou s’installera dans des grottes pour hiverner.

La pipistrelle pygmée préfère les habitats boisés proches d’une zone humide ou d’un cours d’eau. Elle chasse les insectes dès la tombée de la nuit et peut en avaler jusqu’à 3000 en une nuit! Elle situe ses proies en émettant des ondes sonores du niveau des ultrasons. Ses ondes sont réfléchies par les obstacles qu’elles rencontrent et reviennent aux oreilles de la chauve-souris qui peut alors déterminer la localisation exacte de sa proie. Ce système « d’écholocation » permet à la chauve-souris d’identifier la vitesse de vol de sa proie ainsi que la fréquence de battement de ses ailes, sa taille et son élévation.

Chaque espèce de chauve-souris émet des sons d’une fréquence différente, qui permettent de les identifier grâce à un détecteur d’ultrasons.

Protection des chauves-souris
Toutes les espèces de chauves-souris sont protégées par la loi en Suisse comme en Europe. Si vous trouvez une chauve-souris blessée, ne la touchez pas à mains nues, portez des gants ou utilisez un chiffon. Placez l’animal dans un petit carton qui ferme. Placez-y 2 ou 3 coupons de papier ménage humidifiés, puis contactez M. Pierre Ecoffey (mobile 079 124 21 39). Ne donnez rien à manger à la chauve-souris.

Si vous découvrez une colonie dans une maison ou si vous connaissez un gîte occupé par des chauves-souris, merci de signaler votre observation à M. Ecoffey également. Il s’agira, en outre, de prévoir vos travaux de rénovation ou d’entretien de bâtiments entre septembre et mars, lorsque les chauves-souris hibernent dans les grottes ou les caves. Vous contribuerez ainsi à la conservation des chauves-souris dans notre région. Vous trouverez de plus amples informations sur la protection des habitats de chauves-souris lors de travaux sur le site du Centre de Coordination Ouest pour l’étude et la protection des chauves-souris (CCO).

Contact

Travaux, environnement et mobilité

Chemin du Bochet 10
CH-1260 Nyon

Tél. +41 22 316 47 50
Fax +41 22 316 48 39
Contact par email


Horaires

Lundi-jeudi
8h - 12h et 13h30 - 17h
Vendredi
8h - 12h et 13h30 - 16h30
(horaires du bureau)


Info déchets
0800 451 452

Le numéro gratuit pour toutes vos questions sur les déchets, du lundi au vendredi de 8h30 à 11h30 et de 14h à 16h30, sauf le mercredi.


Plan de situation

Plan d'accès


Train
Nyon/St-Cergue/Morez, arrêt L'Asse, puis environ 11 minutes à pied