Ville de NyonNyon Région Tourisme

Offres aux habitantsPlus d'infos

Voyagez à prix réduit avec la carte journalière de transport

Plus d'infoPlus d'infos

Achetez un vélo ou un scooter électrique et recevez jusqu'à 500.-

Plus d'infosPlus d'infos

Énergie renouvelable: soutien aux initiatives privées

Plus d'infosPlus d'infos

Services



« Le verre à tout faire » au Château de Nyon

Ecouter
Envoyer à un ami
Print article
Documents à télécharger
Chateau de Nyon
Les 2 et 3 novembre 2018, le Château de Nyon organise avec l’Université de Lausanne et le Vitrocentre Romont un colloque consacré à l’utilisation du verre dans la construction moderne. Cette rencontre réunit des chercheurs suisses et français, et s’inscrit dans le cadre de son exposition temporaire « Un rêve d’architecte. La brique de verre Falconnier », qui retrace l’histoire d’une invention révolutionnaire datant de la fin du 19e siècle : la brique de verre soufflé de l’architecte nyonnais Gustave Falconnier.

À la fin du 19e siècle et au début du 20e, la fabrication, la commercialisation et l’utilisation du verre destiné à la construction connaissent des mutations importantes dont l’architecture moderne – qu’elle soit Art nouveau, régionaliste, Art déco ou de style international – profite autant qu’elle contribue à les stimuler. Un verre moderne, à tout faire : des fermetures de baies, bien sûr, mais aussi des murs, des sols, des voûtes, des coupoles, etc., alimentant l’utopie de la maison de verre qui obsède la deuxième moitié du 19e siècle. Son histoire reste toutefois en grande partie à écrire, car si quelques produits ont été mis en lumière, tels la brique Falconnier, le béton armé translucide système Joachim, le Glasbeton système Keppler et la brique Nevada de Saint-Gobain, les matériaux et leur application demeurent presque entièrement inconnus.

Ce colloque, organisé en commun par l’Université de Lausanne (Pr Dave Lüthi, section d’histoire de l’art), le Château de Nyon (MA Aline Jeandrevin, commissaire scientifique de l’exposition; Vincent Lieber, conservateur du Château de Nyon) et le Vitrocentre Romont (Dr Sophie Wolf et Dr Stefan Trümpler), cherche à appréhender ces techniques dans leur contexte historique sous trois axes d’approche : les nouvelles techniques du verre au tournant du siècle, le verre en lien avec les nouveaux matériaux (notamment le béton armé), et enfin la restauration et conservation de ces artefacts, un siècle plus tard.

Des rendez-vous au musée

Comme le colloque « Le verre à tout faire », le Château de Nyon propose de nombreux rendez-vous au public autour de son exposition : visites commentées par la commissaire scientifique Aline Jeandrevin (« De la bouteille à la brique de verre ») ou projection aux Cinémas Capitole (Playtime de Jacques Tati, lors de la soirée « Verre et lumière ») notamment. A noter que la présence exceptionnelle d’un souffleur de verre et les visites de l’exposition et de la cour de la maison Falconnier à Rive en septembre dernier, lors des Journées européennes du patrimoine, ont attiré un très grand nombre de visiteurs, faisant du Château de Nyon le site le plus visité du Canton de Vaud dans le cadre de cet événement.

Programme du colloque disponible en annexe ou sous le lien :

www.unil.ch/patrimoine/fr/home/menuinst/recherche/colloques/le-verre-a-tout-faire.html

Libre d’accès, inscriptions auprès de Frédéric Seiler (frederic.seiler@unil.ch) jusqu’au vendredi 26 octobre 2018.

Le Château de Nyon organise en moyenne deux expositions temporaires par année. Il propose tant des expositions de ses collections de porcelaines et de céramiques anciennes que des expositions d’artistes contemporains, actifs sur la scène nationale et internationale (par exemple Per Barclay, Valérie Belin, Alain Huck, Eva Jospin, Isaac Julien, Karen Knorr, Pipilotti Rist, Yinka Shonibare MBE, Alison E. Taylor, Not Vital, Jan de Vliegher et Bouke de Vries). Le Musée souhaite ainsi confronter les époques et tisser des liens entre passé et présent.