Espace Citoyen
05 mai 2022 #natureenville
Environnement

Une famille insolite dans les platanes des Vieilles-Murailles!

Depuis quelques jours, une curieuse tête rousse fait tantôt son apparition entre les branches de l’un des platanes de la promenade des Vieilles Murailles.
Image
Femelle harle bièvre et ses petits Photo : Wikicommons - Quartl

Ce mystérieux oiseau n’est autre qu’une femelle de Harle bièvre, venue nicher dans un creux d’arbre ! En pleine couvaison et à l’abri des regards et prédateurs indiscrets, cet oiseau aquatique ralliera le lac avec ses petits d’ici la fin du mois de mai. Installés sur ce promontoire naturel, les petits commenceront leur vie avec un impressionnant saut dans le vide depuis la cavité de leur platane natale pour rejoindre leur habitat de prédilection.

Oiseau aquatique et habile pêcheur grâce à son long bec denticulé, le Harle bièvre plonge à la recherche de poissons jusqu’à 10 mètres de profondeur. Les roselières et les herbiers lacustres représentent des milieux essentiels à la survie de ce type d’oiseau car de nombreux poissons s’y reproduisent, assurant un vivier alimentaire indispensable. Le Service de l’environnement va suivre avec attention la progression de cette nichée et veillera à ce que cette famille gagne saine et sauve le rivage.

Ce cas insolite de nidification urbaine illustre malheureusement les conséquences du manque d’habitats naturels lacustres. Conséquence sinistre, on observe un recul des effectifs de cette espèce ces dernières années dans les grands lacs romands, avec seulement 500 couples nicheurs pour toute le territoire helvétique. Les boisements de vieux arbres creux et les roselières sont des habitats primordiaux pour la reproduction et la survie du Harle bièvre, mais aussi de tout un cortège d’espèces liées aux milieux aquatiques.

Cet évènement illustre tristement le déclin de la biodiversité en cours et est l’occasion pour le Service de l’environnement de réinterroger sa pratique et l’avenir des platanes situés sur la promenade des Vieilles Murailles, sur la place Perdtemps et le long des rives du lac, voués à l’abattage dans un proche avenir.

En effet, les conséquences du réchauffement climatique accélèrent le processus de senescence prématurée des branches taillées en «tête de chat» des platanes de nos villes. Ces dernières trop fragilisées deviennent cassantes et dangereuses pour les passant.e.s (une seule tête pouvant dépasser les 100kg). Fait étonnant et prometteur, un platane possède une grande capacité de résilience et peut se régénérer depuis son pied. Un bel exemple est à aller voir au Bois de Chêne à Genolier.

Au-delà des qualités esthétiques et la valeur culturelle de ces alignements historiques, il est primordial de tenir en compte l’opportunité d’habitat pour les espèces sauvages. Ainsi, le Service de l’Environnement va mener une réflexion qui tout en garantissant la sécurisation de tous recherchera à maintenir dans la mesure du possible ces «arbres habitats» aux valeurs environnementales exemplaires.

Contact
Service de l'environnement

Avenue de Bois-Bougy 5
1260 Nyon
Tel. +41 22 316 42 90

Lu - Ma 7h - 12h, 13h30 - 17h
Me - Je - Ve 7h - 12h
Autre

Voir horaires spéciaux (en haut de page)